Déchaumeur, mode d’emploi

Savez-vous régler correctement un déchaumeur à dents? Quelques conseils pratiques inspirés de la démo réalisée en juillet à l’intention de la cuma des Chirons (Deux-Sèvres) qui souhaite investir dans ce type d’outil.

L'efficacité des déchaumeurs à dents a été mise à l'épreuve, le 24 juillet, en Deux-Sèvres. Au-delà des caractéristiques de l'outil, c'est la qualité des réglages qui fait la différence...

Soixante-dix personnes, principalement adhérentes de la cuma des Chirons, ont vu évoluer le 24 juillet plusieurs déchaumeurs à dents. La cuma envisage acquérir un appareil de ce type (voir aussi le premier compte-rendu de cette journée diffusé sur notre site le 19 août). Huit concessionnaires et constructeurs étaient là: Agro Masz Runner, Agrisem Agromulch Gold, Grégoire Besson Crossland, Horsch Terrano FX, Köckerling Trio, Kuhn Cultimer, Lemken Karat et Rabe Blue Bird. Seul le déchaumeur «Rabe» était conçu en semi-porté puisque la cuma s’oriente plutôt sur un outil porté. Le sol sablo-limoneux de la parcelle de blé moissonnée environ une semaine avant était très sec et les températures dans la journée sont montées à plus de 40 degrés… Cela n’a pas facilité le travail des outils.

Deux consignes à 5 et 15 cm de profondeur

Les deux consignes étaient de réaliser une première démonstration avec un travail à une profondeur d’une quinzaine de centimètres. Dans un deuxième temps, un travail beaucoup plus superficiel de l’ordre de 5 cm de profondeur. But: voir le travail souterrain des déchaumeurs (via des micro-profils) et évaluer ainsi l’émiettement, le nivellement et le rappui. Les outils comparés n’avaient pas les mêmes équipements de travail. Tous étaient munis d’ailerons, sauf deux. Les appareils étaient équipés de disques, de lames ou de peignes pour le nivellement. Les rouleaux avaient également des profils différents en U inversé, en trapèze, en barre ou en T. Certaines machines étaient également équipées de double rouleau. Selon les équipements de travail (ailerons ou non) et de rappui (rouleaux), les résultats obtenus ont été différents.

Des ailerons pour une profondeur de 5 à 15 cm

Il est normalement conseillé de travailler avec des ailerons pour des profondeurs de 5 à 15 cm. Cela permet de scalper la totalité du sol et de déraciner au mieux les chaumes et les adventices. Dans cette configuration, les pointes travaillent de 3 à 5 cm en dessous des ailerons. Certains ailerons peuvent se régler en hauteur en fonction de l’usure de la pointe de manière à ce que cette dernière travaille un peu plus profondément.

Adapter la largeur des pointes

Les pointes affichent généralement une largeur de 80 à 120 mm. Elles peuvent être complétées d’un déflecteur qui augmente la capacité de mélange terre/paille. Au-delà de 15 cm de profondeur, lorsque l’on recherche une fissuration sans mélange intensif, seules les pointes vont être utilisées. Il est possible de réduire la largeur de celles-ci à 60 mm. Certains constructeurs proposent des systèmes de de changement rapide de pièces travaillantes. Si ce n’est pas le cas, il est important de vérifier que les boulons et les écrous soient protégés dans des épaulements. Sinon il devient difficile de les dévisser lorsqu’ils sont usés.

 

Les pointes affichent généralement une largeur de 80 à 120 mm. Elles peuvent être complétées d’un déflecteur qui augmente la capacité de mélange terre/paille.

Régler d’abord la profondeur

Les réglages doivent s’effectuer dans un ordre précis pour qu’ils soient efficaces et sûrs lorsqu’il s’agit d’outils portés. Tout d’abord, il faut régler la profondeur à l’aide du rouleau de l’appareil. Ce réglage s’opère, soit de manière mécanique avec des broches, soit de manière hydraulique avec un système de vérin maître-esclave (réglage en continu dans la parcelle) où un système de cales d’épaisseurs qui bloque la course des vérins. A noter: il est opportun de contrôler la profondeur de travail avec un mètre pour éviter les erreurs.

Puis le troisième point

Ensuite, il faut régler le talonnage de l’outil avec le troisième point pour que le travail s’effectue de manière parallèle au sol et que toute les rangées de dents travaillent à la même profondeur. Enfin, il faudra régler les dispositifs de nivellement de l’appareil qu’ils soient à disques, à lames ou à peignes.

Les dispositifs de nivellement

Ce réglage s’effectue souvent de manière mécanique via des manivelles, des systèmes de 3 points ou des broches. Le but est d’avoir un sol parfaitement d’aplomb de droite à gauche, après le passage de l’outil. Si le passage de la dernière rangée de dents se voit, c’est que le système de nivellement n’est pas assez agressif. Et le contraire, si des buttes de terres se forment. Sur certains appareils, les éléments de nivellement sont solidaires du rouleau. Ce qui permet de ne pas avoir à les régler à nouveau lorsque la profondeur de travail est modifiée.

Et enfin la bonne vitesse

La vitesse d’avancement a, elle aussi, un impact sur la qualité du travail. Plus elle est élevée, plus les mottes sont brisées. Par contre, il faut trouver le bon compromis avec l’usure de l’outil et le maintien régulier de la profondeur de travail.

A lire aussi à propos des déchaumeurs:

A la recherche du déchaumeur idéal à la cuma des Prés Verts 

Grands disques ou dents vibrantes pour déchaumer ?

Entraid Vidéos

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

L’ambiance studieuse du Salon aux champs

Jouer à Super Mario Bros sur l’IntelliView d’un tracteur New Holland

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement