Elle investit dans la tonne à pendillard pour 108.000 euros

La cuma de la Varenne, à Ambrières-les-Vallées (53), met en service une nouvelle tonne à lisier de 18m3 avec DPA. Elle a investi 108.000€, dont 35.000€ pour la rampe à pendillards de 12m.

Pour l’instant, les responsables du groupe mayennais se montrent satisfaits de ce nouvel équipement.

Deux ans de réflexion débouchent sur une innovation pour les adhérents de la cuma de la Varenne. En complément d’une autre (dotée d’une buse palette), le groupe du nord de la Mayenne a acheté une tonne à lisier avec pendillards. La coopérative fait face à la demande très variée de ses adhérents en termes de niveau de service. Certains éleveurs font le travail quand d’autres attendent une prestation incluant l’ensemble du matériel et un chauffeur. Ainsi, pour faciliter l’organisation des chantiers, la cuma a mis en place (sans obligation) la présence d’un tracteur avec sa nouvelle tonne de 18 m3. Elle propose aussi la possibilité d’avoir un chauffeur.

A lire sur le sujet : Un coût au m3 satisfaisant pour les tonnes à lisier

Sans ou avec tracteur, avec ou sans chauffeur

Après un mois d’utilisation de l’engin, le président remonte qu’il reste simple à utiliser, entre autres satisfactions. «Même des lisiers de bovins passent, à condition de bien les préparer.³» La section des tuyaux sur la rampe (50mm) facilite en effet le passage de ce type de produits. Le débit du chantier avec la rampe est supérieur à celui réalisé avec la buse, tandis que «l’emploi d’un GPS aide beaucoup à la conduite surtout, en présence de végétation.»

Pour information découvrez aussi cet article sur le choix de la tonne à lisier : Comment bien choisir et acheter une tonne à lisier

Chantier en cours avec la nouvelle tonne à pendillards

Sur une activité de 20 000 m3/an, cette nouvelle tonne fera la moitié du volume.

A lire sur le même sujet: 15 m3 de cuve pour 15 m de pendillards.

Entraid Vidéos

Prestation et qualité dans le sillage de l’automoteur

2.000 € d’économies de litière

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement