Visiter son futur bâtiment en réalité virtuelle

Pour voir si ça lui plaît et surtout s’il sera fonctionnel, l’éleveur peut désormais visiter son futur bâtiment grâce à la réalité virtuelle. En Mayenne, la Chambre d’agriculture teste l’intérêt de la technologie pour la conception des bâtiments d’élevage.

La réalité virtuelle pour visualiser un futur bâtiment d’élevage, sur le stand de la Chambre d’agriculture de Vendée à Tech’élevage.

Depuis un an, la Chambre d’agriculture de la Mayenne teste l’intérêt de la réalité virtuelle pour visiter un bâtiment agricole avant sa construction. Quatre éleveurs équins y ont eu recours, et un premier éleveur de vaches laitières va l’utiliser pour une extension avec robot de traite. Le service pourrait être généralisé à la région Pays de la Loire. « Nous proposons cette option à 350 euros quand elle est utile pour penser vraiment à tout et éviter des erreurs au moment de la conception, explique Thomas Chanet, conseiller bâtiment. Mieux apprécier les volumes et les distances, ne pas oublier un passage d’homme, ou ajuster une largeur par exemple. C’est arrivé sur un projet équin dans lequel l’éleveur s’est rendu compte que les cases étaient trop étroites pour circuler autour du cheval. »

Les services bâtiment des Chambres utilisent de plus en plus les plans en 3D. En Mayenne, la Chambre d’agriculture a fait appel à la société lavalloise Inod pour créer un logiciel capable de convertir la 3D en réalité virtuelle. La technologie utilisant le masque HTC Vive coûte environ 3000€ et elle est rapide à mettre en place. A l’aide d’une manette, l’utilisateur se déplace autour et à l’intérieur de son futur bâtiment.

Un outil de sensibilisation aussi

Le masque de réalité virtuelle est aussi un outil de communication sur les salons (comme ici à Tech’élevage) et dans les formations. De façon ludique, il sensibilise les éleveurs et futurs éleveurs à l’importance de la conception des bâtiments, voire des salles de traite. Ainsi, la MSA Vendée-Loire-Atlantique a mis au point avec le Technocampus Smart Factory à Montoir-de-Bretagne, une salle de traite virtuelle permettant de faire varier la luminosité, la hauteur du quai et l’angle de traite afin de montrer l’importance du confort de traite sur la prévention des troubles musculo-squelettiques.

A lire aussi : LA CABINE DU FUTUR EST DÉJÀ OPÉRATIONNELLE

Entraid Vidéos

2.000 € d’économies de litière

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

Presser la paille de maïs demande des précautions

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement