Acheter et vendre sur Internet au meilleur prix

Cultures Gestion économique

Félix Richard, Pierre-Antoine Foreau, Vincent Guilhem, Jérémy Bouche et Erwan Haquet

23/09/2016 - 09:56

« Le comparateur agricole » met en contact les agriculteurs avec des négociants sur le web pour vendre leurs productions et s’approvisionner en intrants.

Partagez cet article: Acheter et vendre sur Internet au meilleur prix

Vous êtes en région Centre, en Seine et Marne ou dans l’Essonne. Vous êtes installés en grandes cultures. Le « comparateur agricole »  pourrait vous intéresser. Créer au début de l’année 2015, cette plateforme web vise à mettre en contact négociants et agriculteurs pour vendre les récoltes (blé, orges, colza, maïs) ou bien s’approvisionner en intrants (ammonitrate, solution azotée, urée ou encore engrais organiques).

Bientôt sur la France entière

Les créateurs du site ont la vingtaine et surfent sur la nouvelle vague de l’agriculture connectée. Fils d’agriculteurs, ils ont d’abord imaginé cet outil pour les exploitants agricoles. Après une première expérience réussie sur trois départements de la région centre (Loiret, Loir et Cher, Eure et Loire), ils ont étendu leurs offres de services à l’Essonne et la Seine et marne et comptent bien se développer sur la France entière d’ici le début de l’année prochaine.

 

Le site permet de consulter les offres selon le secteur géographique de l'exploitation

Le site permet de consulter les offres selon le secteur géographique de l’exploitation

Un rôle d’apporteur d’affaires

Leurs différents partenariats avec les négociants leur permettent de proposer tous les matins des engagements aux meilleurs prix, selon la qualité et au départ de l’exploitation. Selon le code postal de votre ferme, le site propose uniquement les offres qui concernent votre zone de chalandise. « Nous avons un rôle d’apporteur d’affaires auprès des négociants », explique Pierre-Antoine Foreau, Fondateur et Responsable secteur Eure et Loir (28). Ces derniers déposent des garanties de paiement et rémunèrent les gestionnaires du site en fonction des volumes échangés via la plateforme. Il peut s’agir d’organismes stockeurs locaux ou nationaux, de silos portuaires ou encore des filiales de négoces des coopératives.

Au contact

Depuis la mise en ligne du site en janvier 2016, plus de 10.000 tonnes de collecte ont transité par la plateforme virtuelle, « et pour l’instant aucun négociant ne l’a quitté », assure Pierre-Antoine. Du côté des approvisionnements, les offres ont débuté juste avant les moissons et déjà 1000 tonnes d’engrais auraient ainsi été échangées. Un chiffre qui devrait gonfler rapidement à l’approche des travaux d’automne. 300 agriculteurs interagiraient régulièrement sur le site et Pierre-Antoine et son équipe ne comptent pas s’arrêter là. Ils organisent régulièrement des réunions en région via les chambres d’agriculture pour se faire connaître et échanger avec les principaux intéressés. « Dans le monde agricole, le contact humain et primordiale, nous ne voulons pas en être décorellés », affirme le fondateur du site.

Publicité
Simple Share Buttons