Un soutien pour la cuma qui joue son rôle

En Loire-Atlantique, l’Union des cuma fait partie d’un réseau d’organisations agricoles animé par la MSA. Il a pour objectif de mieux détecter et prendre en charge les agriculteurs en situation de mal être.

Les assemblées générales sont l’occasion de présenter les actions des fédérations. En Loire-Atlantique, les responsables de cuma, confrontés à des situations de mal-être de leurs adhérents, trouvent une oreille formée pour les aider à gérer la difficulté au 02.40.16.39.50.

Au-delà de son rôle fondateur du partage d’outils, la cuma est un lieu qui rompt l’isolement des agriculteurs. C’est l’un des premiers où les difficultés économiques, psychologiques… peuvent s’exprimer, être détectées. «Face aux situations de mal-être, les psychologues ont mis en avant le rôle des réseaux et des groupes. C’est important que les groupes se retrouvent quand quelque chose ne va pas», rappelle Marc Auréjac, directeur adjoint de l’Union des cuma.

Des solutions en cuma, de la détection aussi

A l’assemblée générale de la section 44, l’équipe déroule ses actions au service des cuma. Avec des journées de démonstrations, des formations, pour professionnaliser les processus d’investissement par exemple, elle apporte un soutien sur les plans techniques, économiques, organisationnels.

L’organisation fédérative s’implique donc aussi dans la détection des situations de mal-être. Le directeur adjoint est l’un des deux interlocuteurs formés dans le département pour accompagner les responsables de cuma dans un rôle de sentinelle peu évident à porter. «Quand un président de cuma entend des propos inquiétants de la part d’un adhérent, il ne faut pas qu’il reste lui-même tout seul avec ça!, assène Anne Marquet, animatrice de la fédération. N’hésitez pas à nous appeler!»

Investir dans la matière grise

En dehors de cette initiative remarquable, la section se concentre toujours sur l’évolution des groupes. Son président, Christian Pipaud, salue ainsi la réussite des accompagnements DiNA cuma. «On remarque souvent, lorsqu’un DiNA cuma est engagé, que des choses se mettent en place dans la cuma tout autour du projet», preuve que les responsables ont besoin de temps et d’accompagnement pour faire vivre des cuma dynamiques. «Investir dans la matière grise, c’est de plus en plus nécessaire!»

A lire aussi sur le même thème : Agri-sentinelles ouvre sa boîte à outils contre le mal-être

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement