[Yonne] Comment entretenir les bordures des cours d’eau?

En région
bordures de rivières, entretien et valorisation

Préparation du chantier et dextérité du chauffeur pour un débit de chantier qui décoiffe ! (©O.Mouton)

31/10/2018 - 18:05

La fédération Cuma Bourgogne Franche-Comté a organisé dans l'Avallonnais une journée pour rappeler quelques règles de valorisation des bordures de cours d'eau. Une ressource à ne pas négliger, surtout en période de sécheresse.

Partagez cet article: [Yonne] Comment entretenir les bordures des cours d’eau?

Entretien des bordures de cours d’eau: qu’a-t-on vraiment le droit de faire et comment s’y prendre? Dans le doute, bon nombre d’exploitants préfèrent ne pas y toucher. Pourtant il s’agit d’une ressource non négligeable, d’autant plus en période de sécheresse où le stock de paille et de fourrage est limité.

A lire également sur la sécheresse de l’été-automne 2018 :

(Afp) Au Sommet de l’Elevage, des éleveurs mis en difficulté par la sécheresse

(Afp) Pendant que l’Aude se noie, le Grand Est fait face à une sécheresse historique

Valoriser en respectant la biodiversité

Lors d’une journée technique, organisée dans l’Avallonnais le 25 septembre par la fédération Cuma Bourgogne Franche-Comté, la Fdsea et le Syndicat d’Eau du Serein, ce dernier a rappelé quelques règles pour allier valorisation du bois et respect de la biodiversité: «Il est souvent plus préjudiciable pour le cours d’eau de laisser les arbres tomber seuls que de les couper lorsqu’ils sont mûrs.»

Une ressource rentable

La cuma départementale Terr’Eau (58) intervient chaque année dans l’Yonne. Elle est venue réaliser une démonstration de déchiquetage. L’occasion pour son président, Hervé Mouron, de présenter quelques données fraîchement remontées du terrain. «Pour 30 à 35 €/t de coût trésorerie, cette production peut être valorisée en litière ou encore en chauffage.» Faites-le compte!

Et les coupes à blanc? Pour limiter l’impact, la recommandation d’Etienne Bourgy de la chambre d’agriculture 58 est simple: utiliser la méthode des 2H revenant à «couper un tronçon équivalent à 1 à 2 fois la hauteur de l’arbre le plus haut». Attention avant de se lancer, vous êtes peut-être concernés par des réglementations comme Natura 2000. Pour le savoir, il est conseillé de contacter la DDT ou encore de consulter le site de la DREAL qui pourront vous renseigner.

Si vous êtes intéressés, contactez la fédération Cuma Bourgogne Franche-Comté au 03.86.46.45.44 (bureau d’Auxerre).

A lire également sur la valorisation du bois:

[MécaBois 2018] Comment valoriser le bois et les haies bocagères ?

[Nièvre] Des litières en plaquettes bocagères

[Témoignage]  « Une alternative à la litière paille » Yves Fradin (éleveur)

Flora Chapotin
Publicité
Simple Share Buttons