Le co-compostage, au service des agriculteurs et de leur territoire

Cuma Normandie compost est née en 2006. Son service de co-compostage est à la fois un débouché pour les déchets verts du territoire et une aide pour la gestion du système agronomique des élevages. Pour poursuivre son développement, la filière normande s’intéresse à de nouvelles idées.

L’ajout de déchets verts dans les fumiers et leur compostage rend de multiples services.

Le co-compostage associe du fumier et des déchets verts à parts égales. En Normandie, la filière s’appuie sur quinze ans d’expérience désormais. Aujourd’hui, Cuma Normandie compost (CNC) valorise ainsi près de 3.500t/an de déchets verts. Ces derniers sont issus de déchetteries, des services d’entretien des communes, ou viennent de paysagistes locaux et CNC poursuit son développement auprès de ces producteurs de déchets verts.

La pratique du co-compostage profite aux agriculteurs. Ils sont un apport complémentaire au fumier, car plus riches en carbone. Ils apportent de la structure à un fumier mou. Avec cet intrant, le compost est aussi plus riche en matière organiques stables. Ce type d’apport (comme le compost en général) est intéressant pour améliorer la structure du sol et donc sa réserve utile en eau, améliorer l’implantation racinaire, épandre un produit sain dépourvu de graines d’adventices…

Remerciement des responsables à l'occasion de l'AG de Cuma Normandie compost

L’association CNC a renouvelé son bureau à l’occasion de ses 15 ans et du départ de deux figures de la filière, et du réseau cuma. Le président de la structure Daniel Huignard (au centre) a ainsi salué l’engagement de Dominique Mercier (trésorier) et Jacky Gilbert (secrétaire) qui ont transmis leur responsabilité.

Du point de vue des collectivités et des autres apporteurs, la filière est une une solution de proximité pour le traitement de leurs déchets verts. Le coût s’en trouve réduit avec un bilan carbone imbattable par la faible distance de transport. Enfin, CNC a un impact positif également sur les cuma départementales. En effet, le co-compostage représente un complément d’activité pour les composteuse de ces dernières. In fine, il contribue donc au maintien d’un coût de la prestation très intéressant pour les agriculteurs (de 5,50€ à 5,55€/min).

Cuma Normandie compost: les 15 ans annoncent des changements

La dernière assemblée générale de CNC amorce un nouvel élan. D’une part, deux figures emblématique de la filière, et du réseau cuma, ont transmis le flambeau à des nouveaux responsables. D’autre part, l’association profitait de son anniversaire pour imaginer son avenir. Un premier constat est que les tonnages stagnent, voire baissent depuis 2017. De plus, les agriculteurs expriment de nouveaux besoins.

L’association pourrait donc diversifier ses formes de valorisation des déchets verts. Elle envisage des pistes d’étude dont l’alimentation de méthaniseurs et le BRF (Bois raméal fragmenté). Tandis que la première touche à la production d’énergie, la seconde reste concentré sur le fonctionnement des sols. En effet, le BRF représente la fraction des petites branches (diamètre inférieur à 7cm), qui, broyée, enrichit le sol en carbone et en éléments minéraux.

Graphique du volume par année de déchets verts ajoutés aux fumiers

Depuis 2017, la tendance de développement du volume d’activité s’est inversée.

D’un côté, les collectivités, entreprise du paysage… sont sensibles au prix de la prestation, ou encore à l’argument d’une valorisation en local, de l’autre côté, les agriculteurs sont aussi en recherche des meilleures solutions agronomiques et peuvent s’intéresser à des nouvelles opportunités de valorisation. L’objectif de l’association est continuer à concilier les réponses à ces diverses attentes. Dans le cadre de son accompagnement de CNC, la Fédération des cuma Normandie Ouest mènera une enquête pour cerner ces besoins de façon plus fine.

À lire aussi:

Rien ne se perd avec le co-compostage.

L’avis des cuma sur les composteuses Ménart.

Nouveau retourneur pour la cuma Biomasse Innovation.

Entraid Vidéos

Semer les couverts végétaux avec un broyeur

Un tracteur John Deere 8R autonome au CES de Las Vegas

Zapping vidéo: nos plus belles images de 2021

Le tracteur portique à hydrogène a une longue histoire

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement