ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Les néonicotinoïdes interdites, sauf dérogation jusqu’en 2023 maxi

Partager sur

Les néonicotinoïdes interdites, sauf dérogation jusqu’en 2023 maxi

On attend à la hâte des alternatives efficaces aux néonicotinoïdes qui seront définitivement interdites en 2024.

En principe, les néonicotinoïdes, c’est terminé. Toutefois, dans l'attente d'alternatives solides, des dérogations annuelles sont possibles sur les betteraves sucrières jusqu’en 2023.

Le 14 décembre 2020, le gouvernement a promulgué une loi sur la mise en marché des produits phytos. En outre, elle prévoit l’interdiction des néonicotinoïdes. L’intention du législateur demeure claire: prohiber cette substance considérée dangereuse pour l’environnement. Mais l’irruption de la jaunisse menace la production betteravière française. D’où les dérogations reconductibles annuellement jusqu’en 2023 au maximum.

D’ici là, les Instituts de recherche expérimentent des alternatives aux néonicotinoïdes:

  • Utilisation de cultures auxiliaires qui repoussent les pucerons.
  • Mise en place d’infrastructures agroécologiques à proximité des champs de betteraves.
  • Sélection variétale.
  • Biocontrôle avec l’utilisation de médiateurs chimiques ou encore recours à des prédateurs naturels des pucerons.

Alternatives sur la bonne voie

Dans un communiqué commun, les Ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique réaffirment l’engagement des Pouvoirs publics vers un arrêt définitif de cette molécule. Au plus tard dans deux saisons. «Un déploiement à grande échelle d’alternatives est possible, dès 2023, avec un surcoût maîtrisé et sans recourir aux néonicotinoïdes» avancent les deux Ministères.

Toutefois, les producteurs en lien avec les régions et le Gouvernement ont prévu un instrument de protection financière. En effet, dans le cas où les solutions alternatives aux néonicotinoïdes n’offriraient pas une protection équivalente, un dispositif de gestion des risques, appelé «instrument de stabilisation des revenus» est envisagé.

Ainsi, l’Etat va expérimenter ce dispositif en 2022. Avant une généralisation programmée en 2024. Objectif: compenser une partie des pertes de revenus des producteurs.

Interdiction des néonicotinoïdes et soubresauts dans la filière

Longtemps en bonne santé, la filière sucre connait ces dernières années des soubresauts, avec des fermetures de sucreries. En 2020, la jaunisse virale transmise par les pucerons, a impacté sévèrement la production de betteraves sucrières. Les pertes de rendement ont atteint 30% en moyenne. Par ailleurs, en 2021, un épisode de gel sévère a conduit certains planteurs à ressemer leurs surfaces. Et dans les parcelles touchées, on a observé des baisses significatives de rendements.

D’autre part, certaines exploitations ont utilisé sans le savoir des substances non conformes fabriquées par la société ADAMA. Ce qui a obligé les sucreries à retirer des débouchés alimentaires, les betteraves concernées. Celles-ci ont été détruites ou transformées en éthanol carburant. Un créneau qui pourrait reprendre de la valeur au regard du renchérissement des prix actuels des carburants conventionnels.

Enfin, à lire à propos des betteraves:

Pulvérisation chirurgicale sur les betteraves.

L’horizon se dégage pour la filière betteraves.

Un robot désherbeur de betteraves en préparation chez Naïo.