Faire France : « On nous a pris pour des fous »

Elevages
La SAS Faire France regroupe 500 producteurs qui ont souscrit des parts sociales. dans la société.

Chaque producteur engagé dans la démarche Faire France consacre entre 2 et 5 jours par an à la promotion dans les magasins ou les foires.

17/01/2018 - 14:00

La démarche entreprise par Faire-France concerne essentiellement la commercialisation du lait. 500 producteurs ont souscrit des parts dans cette société.

Partagez cet article: Faire France : « On nous a pris pour des fous »

Adrien Lefèvre, est un jeune producteur de lait dans les Ardennes. Il est vice-président de la SAS Faire-France créée en 2012. Celle-ci fonctionne comme une coop laitière avec une différence de taille : elle ne collecte pas le lait des producteurs affiliés répartis sur toute la France. Son activité concerne seulement la commercialisation. En clair, la structure « Faire France », achète du lait collecté puis conditionné par la laiterie de St-Denis de l’Hôtel (Loiret). Faire France assure ensuite sous sa propre marque (dont les producteurs sont propriétaires) la commercialisation dans 7500 magasins (Leclerc, Carrefour France, Système U, Intermarché, Auchan, Cora France, Lidl), avec un principe : le lait vendu par Faire France doit rémunérer les producteurs engagés dans cette démarche au niveau du coût de production moyen d’1 litre de lait, estimé à 45 centimes. Soit 10 centimes à 12 centimes de plus par rapport au prix payé en moyenne dans les laiteries. Dans les rayons, le prix de vente conseillé est de 99 centimes la brique de lait UHT demi-écrémé. 500 producteurs ont souscrit des parts dans la société, qui vont de 1000 € minimum à 5000 € maximum par producteur. En 2016, 458 000 € leur ont été reversés.

10 à 12 centimes de plus…

Après le lait UHT en brique, Faire France dont la première partie du nom signifie « équitable », commercialise désormais du lait en bouteille d’1 l et de 50 cl, de la crème fraîche et bientôt du lait bio. Le volume de lait progresse régulièrement. « Quand nous nous sommes engagés dans cette voie, on nous prenait un peu pour des fous. On nous disait que les GMS n’accepteraient jamais de nous payer ce prix. En tant qu’éleveur, on a trop délaissé notre produit. On se contente de voir le camion de collecte dans la cour. C’est pourquoi on demande à ce que chaque producteur Faire France consacre entre 2 et 5 jours par an à la promotion de notre lait dans les magasins ou dans des foires, car il est important de parler directement aux consommateurs pour qu’ils comprennent notre démarche » explique Adrien Lefèvre. La démarche « Faire France » est également mise en œuvre dans six autres pays européens.

A lire également sur la valorisation du lait :

Fromagerie des Aldudes: le choix de l’indépendance

Esprit terroir, version caprine 

Publicité
Simple Share Buttons