Panoplie de projets

La cuma de Tavers (Loiret), axée sur les grandes cultures, additionne de nombreux projets d'investissement pour renouveler et compléter son parc.

Tracteur, moissonneuse, hangar..., la cuma de Tavers dans le Loiret ne manque pas projets !

Située à l’ouest du Loiret (limite Loir-et-Cher), la cuma de Tavers regroupe des producteurs de céréales, oléagineux, maïs et betteraves sucrières. Présidée par Frédéric Gond, elle fédère une vingtaine d’exploitations pour un chiffre d’affaire d’environ 80.000 €. Depuis quelques années, la cuma ne cesse d’évoluer et de nombreux projets sont actés pour les prochaines années, dans plusieurs registres.

Section Moisson

La cuma possède déjà une moissonneuse-batteuse New Holland CX 760. Le projet d’achat d’une seconde machine est acté pour la prochaine campagne.

Section Bineuse

Deux bineuses sont achetées au sein de la cuma. De plus, une interface de guidage par caméra va être achetée afin d’améliorer leur précision.

Section Semis

La cuma possède un semoir monograine muni d’une trémie frontale. Ce semoir sert aux semis de tournesols, maïs, betteraves sucrières, haricots, soja. La trémie frontale va être modifiée et équipée d’une rampe de semis frontale pour semer couverts végétaux et engrais avant binage.

Section Traction

Un tracteur New Holland TM 140 est déjà présent au sein de la cuma. Depuis peu, elle a investi dans un second tracteur, un New Holland T7 210, qui servira aux semis de printemps, au travail du sol (déchaumage). Il sera également utilisé sur le semoir en ligne de deux adhérents.

Bâtiment cuma

Avec l’expansion de la cuma et du matériel de plus en plus volumineux, la question du stockage du matériel devient de plus en plus compliquée. Afin de pallier ce problème, l’ensemble des adhérents de la cuma a acté, lors de l’assemblée générale 2020, le projet «Hangar». Ce projet se déroulera en deux phases. Première phase : l’étude (avec recherche du terrain, comparatif constructeurs, plans, etc.) qui devrait durer au maximum deux ans. Seconde phase : la construction qui, elle, durera environ 1 an et demi.

A lire aussi :

Quel est l’impact de la crise actuelle sur l’investissement agricole ? 

Du semis au désherbage mécanique : 580 000 € investis à l’Epron 

Entraid Vidéos

Le drone ou l’épandeur pour semer le couvert

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

Quel est le bon outil pour détruire un couvert végétal en sol humide ?

Tailler la vigne deux fois plus vite

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement