John Deere 7710: la cuma dit non à l’obsolescence

Faire vieillir un tracteur peut représenter un moyen rationnel de réduire les charges, même en cuma. Un exemple en Ille-et-Vilaine.

Etat : nickel !

L’attrait de la nouveauté braque chaque jour les projecteurs sur les derniers modèles de tracteurs. Les salons, comme le Sima qui vient de se terminer, attisent la curiosité et l’envie. Pourtant, il peut s’avérer rationnel de faire vieillir un tracteur. C’est le cas à la cuma Vallée de l’Yaigne (Ille-et-Vilaine), où ce John Deere 7710 de 2003, 10990 h au compteur, est toujours en service. «Nous changeons nos tracteurs tous les 5 à 7 ans, explique Jean-Luc Chuberre, le président. Mais celui-ci vieillit bien, il est rustique et facile à prendre en main. Nous avons donc décidé de le garder, notamment pour la conduite par les adhérents. On sait qu’ils ne vont pas le casser». Le groupe possède également un 300 ch récent surtout mené par les deux salariés, et un 140 ch. Les trois engins sont facturés 32 €/h carburant compris.

John Deere 7710, le tracteur de la cuma vallee de l'Yaigne

Le compteur a déjà fait 1 tour.

Pas pour des bricoles

Le John Deere 7710 a eu subi une casse moteur en début de carrière, sous garantie. Cela aurait pu constituer un mauvais présage, mais c’est le contraire qui s’est produit. Il tourne 700 à 800 heures par an, et pas pour des bricoles: transport de grain et d’ensilage, semis de blé au combiné, déchaumage, confection de silo, pressage en haute densité… Avec sa transmission semi-powershift, il se conduit aisément. Et malgré son âge, il est relativement confortable. Les deux salariés de la cuma, Daniel Boullé et Yann-Do Ernault, assurent l’entretien courant. La cuma a récemment fait changer les pneus arrières, mais ceux de l’avant sont d’origine.

John Deere 7710, le tracteur de la cuma vallee de l'Yaigne

Les chauffeurs (ici Daniel Boullé) le laissent volontiers conduire par les adhérents.

Entraid Vidéos

Ils font les silos avec un-gros-chargeur frontal MX

Premiers ensilages de maïs dans la Vienne

Moisson: pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

La bineuse suit la trace du semoir grâce au RTK

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement