ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Sécuriser son système fourrager, par tous les temps!

Partager sur

Sécuriser son système fourrager, par tous les temps!

Le 28 avril prochain à MécaElevage, beaucoup de données et d’échanges d’expériences vous permettront de réfléchir à l'évolution des systèmes fourragers, pour gagner en robustesse.

La journée MécaElevage du 28 avril à Saint-Mexant (Corrèze) sera consacrée à l’adaptation des systèmes fourragers aux aléas climatiques. Ateliers techniques, débats, démonstrations, collection variétale… aborderont les différentes façons de produire suffisamment de fourrage en quantité et en qualité.

Plusieurs années de suite, les étés brûlants ont grillé les prairies de nombreuses régions. Les éleveurs peinent à nourrir leur cheptel tout l’année. Le phénomène s’accentue. Il précipite les exploitations les plus fragiles vers de graves difficultés financières, en les obligeant à acheter à l’extérieur les stocks manquants.

Sécheresse à répétition

Les organisateurs de MécaElevage le 28 avril prochain à Saint-Maixant (Corrèze), grande journée organisée par le réseau cuma, veulent apporter des pistes de réflexion sur ce sujet de plus en plus aigu. C’est le sens du programme proposé aux nombreux visiteurs attendus. En septembre, deux collections fourragères ont d’ores et déjà été implantées pour évaluer:

  • d’une part les modalités de sur-semis de prairies les plus probantes permettant de recharger les prairies dégradées, pour qu’elles retrouvent de la vigueur,
  • d’autre part, les performances de plusieurs espèces de graminées, légumineuses, méteils, semées en pur ou en mélange, en fonction des conditions pédo-climatiques rencontrées.

Le potentiel du semis direct

Un débat sur la résilience aux contraintes du climat est également au programme. Il réunira des conseillers agricoles, agronomes, éleveurs et un climatologue, qui témoigneront de leurs travaux de recherche ou des essais déployés sur le terrain. Y compris sur le semis direct. La technique suscite de plus en plus d’intérêt. Ce sujet fera d’ailleurs l’objet d’un atelier d’informations et d’échanges d’environ 1h 30. Deux autres ateliers d’une durée semblable sont prévus:

  • un sur la gestion des matières organiques et des effluents d’élevage. Alors que la fertilisation minérale devient très coûteuse, de réelles marges de progrès existent sur la valorisation des fumiers et lisiers, en mettant la juste dose.
  • l’autre sur l’anticipation de stocks fourragers suffisants. Une démarche incontournable pour garantir une alimentation toute l’année.

Semis et épandage de fumier en démo

Des démonstrations de matériels, véritable « marque de fabrique » des journées Méca du réseau cuma, sont également au programme:

  • l’une sur le semis et sur-semis de pairies avec des semoirs à disques, à dents et des régénérateurs à prairies,
  • la seconde sur l’épandage de fumier. Dans ce registre, des innovations technologiques, comme le DPAE ou la pesée embarquée, facilitent la régularité et la précisions d’épandage.

Enfin, un focus sur les différentes alternatives à la paille est prévu. La paille fait malheureusement l’objet de pénurie certaines saisons et de prix exorbitants. D’autres ressources de substitution seront présentées: plaquette de bois, switch grass, miscanthus, dolomie, balles de riz, par la Chambre d’agriculture, partenaire de cet événement.

Après une première édition réussie de ce type de journée en 2017, la fdcuma Corrèze renouvelle ce type de rendez-vous professionnel. En lien avec les cuma locales, elle compose une gamme complète d’informations technico-économiques très utiles à l’heure où beaucoup de contraintes, dont celles du climat, préoccupent les éleveurs.

À lire aussi:

Les cuma au petit soin des prairies

Prairies: comment survivre à la sécheresse? 

Quelles solutions face à la dégradation des prairies naturelles?

Soins intensifs pour prairies fatiguées