PAC: une profession de foi collective

Les fonds publics doivent davantage encourager les initiatives collectives développées sur les territoires! C’est le sens des propositions de réforme de la PAC portées par les réseaux Trame, Civam et Cuma.

La place des agriculteurs qui échangent, innovent et même investissent ensemble, doit être davantage prise en compte qu’elle ne l’est dans l’architecture actuelle de la politique agricole commune.

Pour que les mutations nécessaires de l’agriculture puissent réussir, les trois réseaux sont convaincus du rôle essentiel que doivent jouer les groupes d’agriculteurs organisés ensemble dans les territoires. Les réseaux Trame, Civam et cuma ont détaillé le 8 septembre à Paris, leurs propositions pour la nouvelle PAC. Olivier Tourand, vice-président de Trame et éleveur dans la Creuse, Christophe Perraud, secrétaire général de la Fncuma et agriculteur en Loire Atlantique; et Antoine Delahais, trésorier du réseau Civam et polyculteur-éleveur en Seine-Maritime ont tour à tour exprimé leur conviction dans le rôle déterminant des collectifs. Les trois intervenants défendent une nouvelle orientation de la PAC post 2020.

 

Entraid Vidéos

Semis direct: 14 outils comparés dans la Somme

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement