ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

75% des cuma de Haute-Marne ont déposé au moins un dossier Plan de relance

Partager sur

75% des cuma de Haute-Marne ont déposé au moins un dossier Plan de relance

Près de la moitié des investissements aidés concernent des semoirs monograines et de semis direct.

La Haute-Marne est un bon exemple du dynamisme apporté par le plan de relance de l'Etat. En effet, ce ne sont pas moins de 75% des cuma du département qui ont déposé un à deux dossiers majoritairement au titre du plan Intrants. Présentation des chiffres clés.

À l’occasion de l’assemblée générale 2022 de la section Haute-Marne de la frcuma Grand Est, l’animateur Eric Aubry dresse un bilan des investissements des cuma du département. « Le Plan de relance a eu un attrait important pour les cuma. En effet, les trois quarts des cuma du département ont déposé un ou deux dossiers de demande de subventions intrants ou protéines amont. Ainsi, la plupart des groupes ont conforté leurs activités, et pour quelques-uns, c’est l’occasion de parler de relance d’activité. »

Au total, les cuma de Haute-Marne ont déposé 49 dossiers en 2021 dans le cadre du plan de relance. À titre de comparaison, on recense sur le même secteur 98 dossiers PCAE déposés entre 2014 et 2020. En outre, le plan de relance a ainsi généré 3,4 M€ d’aides à l’investissement qui vont s’étaler jusque 2022 dans le département. Un montant similaire aux 4,6M€ d’aides apportés par les PCAE en 7 ans.

Les semoirs: 48% des investissements aidés des cuma de Haute-Marne

Ensuite, ces investissements des cuma de Haute-Marne aidés par le plan de relance concernent majoritairement des orientations grandes cultures. En outre, les semoirs directs et monograines représentent près de la moitié des achats (cf graphique). Derrière, les matériels pour l’épandage des effluents représentent un tiers des achats. Un engouement généré notamment par le fait que ces outils ne sont pas présents dans le PCAE et que les pratiques d’épandage évoluent. Enfin les matériels d’entretien type broyeurs complètent le podium avec 10% des achats.

Par ailleurs, concernant les achats de semoirs directs (19 outils, dont 13 créations de section) on observe un prix moyens de 17.000€/m. Plus de la moitié de ces outils correspondent à des modèles de 6m. A noter, trois semoirs de 12m sont programmés. En parallèle, les achats de semoirs monograines affichent des prix variant de 42.000 à 127.000€. Sur les six semoirs monograines multi-espèces attendus, quatre sont des semoirs rapides à distribution électrique.

Cependant, il serait réducteur de limiter l’impact du plan de relance à un accompagnement des achats de matériels. En effet, au-delà des outils, le dynamisme des cuma s’illustre aussi à travers l’ensemble des sujets de réflexion qu’elles portent. Cela va des techniques d’implantation des couverts végétaux au développement des cultures de printemps, en passant par les organisations de chantier pour optimiser temps et/ou carburant.

Enfin, quelques éléments à retenir concernant le second poste d’investissement aidé:

  • 10 équipements sur tonne (neuf pendillards de 12 à 16m et un enfouisseur à dents) pour un prix d’achat moyen de 32.800€/m
  • 1 équipement Duaferti sans tonne de 36m
  • 22 épandeurs de précision (dont sept modèles à table d’épandage)

À lire sur les semoirs monograines en cuma:

Semoir monograine en cuma: comment s’organiser pour économiser?

Semoirs haut de gamme: un surcoût à compenser

Trois questions à se poser pour bien choisir son semoir monograine