[anti-crise] Réduire sa production laitière contre indemnité

Elevages
réduction laitière, ration, concentrés de productin, correcteur azoté, monotraite, aides, budget partiel

La décision d’opter pour une réduction aidée de la production laitière doit se prendre rapidement. Mais il faut bien évaluer préalablement les enjeux techniques et son intérêt économique.

19/10/2016 - 12:01

Les éleveurs laitiers peuvent bénéficier du dispositif de maîtrise de production grâce à une aide qui peut aller jusqu'à 24 ct /l. Une alternative à calculer au cas par cas.

Partagez cet article: [anti-crise] Réduire sa production laitière contre indemnité

Vous souhaiteriez bénéficier des aides prévues dans le cadre du programme d’incitation volontaire à la réduction temporaire de la collecte laitière? Plusieurs leviers sont à votre disposition pour y parvenir en ajustant à la baisse le volume de lait livré en fin de campagne laitière. Toutefois, l’Institut de l’Elevage invite au préalable les éleveurs à bien évaluer l’enjeu technique de cette démarche et son intérêt économique avant de se lancer : «Il est important aussi de vérifier que cette réduction conjoncturelle des volumes ne fragilise pas l’exploitation à moyen terme (évolution des effectifs de vache, contrats…)», complète l’Institut (retrouver l’exposé de l’Institut de l’Elevage sur ce sujet).

Plusieurs leviers

Pour réduire sa production, l’éleveur peut jouer sur l’alimentation, la conduite du troupeau et la traite. Cela peut être la réduction du concentré de production ou du correcteur azoté dans la ration, l’avancement de la date de réforme ou celle du tarissement, la substitution de poudre par du lait entier distribué aux veaux, le passage à la mono-traite.

Prévisionnel de livraison

Il sera nécessaire d’estimer le calendrier prévisionnel des livraisons. Première étape pour chiffrer le montant d’aides espéré. En parallèle, il faudra quantifier aussi l’impact économique des leviers de réduction appliqués à l’élevage. Ces calculs peuvent se faire via un simple budget partiel qui récapitule d’un côté les éléments favorables à cette démarche (produits en plus et charges en moins) et de l’autre, les éléments défavorables (produits en moins et charges en plus). Ce qui permettra d’en déduire un solde positif ou négatif.

Dispositif pratique

• Aide de 24 cts/l non livré dans la limite de 5% de réduction de livraisons par rapport à l’année précédente calculée sur 3 mois, par rapport aux mêmes 3 mois de l’année précédente. Au-delà l’aide ne sera plus que de 14 cts/l.

• Quatre périodes de réduction des volumes et quatre dates de dépôts des demandes sont programmées :
- le 21 septembre pour la période d’octobre à décembre 2016,
- le 12 octobre pour la période de novembre 2016 à janvier 2017,
- le 9 novembre pour la période de décembre 2016 à février 2017,
- le 7 décembre pour la période de janvier à mars 2017

Demande sur le site FranceAgriMer en direct ou via sa coopérative ou son organisation de producteurs agréée (OP) à qui il confie un mandat.

Economies possibles

Exemple pour une ferme livrant 500 000 l/an
• 125 000 l de lait livré sur la période nov/déc/janv 2015-2016
• Demande de diminution du volume à la fin octobre 2016
• Arrêt de la distribution de concentrés de production sur nov/déc/janv 2016-2017: -2,5kg/VL/jour
- Baisse de la production de 2 l/VL/jour, soit 12.000l de lait livrés en moins, 15t de concentrés de production achetées en moins, 7,5t de MS de fourrages ingérés en plus
- Résultats : en diminuant la production de 12.000l sur trois mois, l’exploitation gagne 1.700€ pour un lait payé à 300€/1000l et 2.600€ pour un lait payé à 210€/1000l
Source : Mathieu Merlhe, chambre régionale d’agriculture de Bretagne, exemple présenté le 5 septembre 2016 au SPACE
Eléments favorables (produits en + et charges en -)Eléments défavorables (produits en - et charges en +)
Aides : 2 355 €Ingestion de fourrages en plus : 742 €
Concentrés en moins : 3 394 €Lait livré en moins : 3 549 €
Effet positif sur le TB : 117 €
Solde : + 1687 €
Publicité
Simple Share Buttons