Un GIEE et 40000€ pour aller plus loin

Dans l’Aunis, en Charente-Maritime, le groupe sol suivi par la fdcuma est désormais reconnu 'GIEE' et va pouvoir approfondir ses travaux et sa communication grâce à un budget dédié de 40000€ sur trois ans.

Le tour de plaine est le moment privilégié pour échanger sur les essais et la méthode mise en place par le groupe sol de l'Aunis, désormais reconnu GIEE.

Evaluer la performance des pratiques agricoles, capitaliser les données pour mettre en place des références et communiquer ces références à l’extérieur du groupe: telles sont les ambitions du «groupe sol» réunissant des agriculteurs charentais en marche vers l’agriculture de conservation, et désormais agréé GIEE (Groupement d’intérêt économique et environnemental). Avec ce label et les aides qui lui sont allouées, le groupe est amené à essaimer sur son territoire, en partageant son expérience. Ses membres comptent aussi sur des échanges constructifs avec d’autres groupes dans la même réflexion, pour avancer ensemble sur la voie agro-écologique.

Deux fois moins de GNR…

En 2020, la fédération des cuma des Charentes a présenté un dossier de candidature pour être reconnu GIEE. Ce dossier était focalisé sur la continuité de l’accompagnement de ce groupe «sol» par la fdcuma. La mise en place du groupe a été initiée en 2018 avec la ville de la Rochelle, en lien programme Re-sources de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne. La thématique appréhendée collectivement par les agriculteurs concerne le développement des couverts végétaux et du semis direct en sol de groies (argilo-calcaires superficiel). Les contraintes rencontrées sont principalement la gestion des couverts dans des sols à faible réserve utile et l’implantation des cultures de printemps.

…et des IFT en baisse

Pour ces agriculteurs en conversion vers l’agriculture de conservation des sols, l’objectif est quadruple: diviser par deux la consommation de GNR, diminuer les IFT, maintenir une bonne marge brute et améliorer leur sol. Plusieurs essais ont été réussis. Mais les aléas du climat et la présence de certains ravageurs exigent de perfectionner encore la méthode. Néanmoins, une tendance positive se dessine chez les agriculteurs qui ont mis en place ces techniques avant la création du groupe sol. Désormais, le groupe veut définir plus précisément les critères de performance économique et vérifier que cette dernière demeure stable au cours des trois années du GIEE.

La fédération des cuma des Charentes aura pour rôle d’animer ce groupe et de mettre en œuvre les actions de communication et les journées d’échanges. Un agronome interviendra en appui technique des agriculteurs, en vue de capitaliser les résultats agronomiques. Restez à l’affût, les premières synthèses de résultats devraient arriver pour la fin d’année, et les journées portes ouvertes se tiendront dès l’an prochain.


Pour aller plus loin, lire aussi les articles de notre dossier GIEE

 

Entraid Vidéos

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct ?

Agriculture de conservation : les éleveurs ont de gros atouts

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement