Un salarié pour sécuriser cinq exploitations

Une partie des adhérents de la cuma du Luisant dans le Cher a fait le choix de créer un groupement d’employeurs interne à la cuma pour embaucher un salarié en commun et sécuriser ainsi les exploitations

Réunion des adhérents du groupement d’employeurs de la cuma pour définir le planning avec le salarié.

Les entreprises agricoles sont de plus en plus confrontées aux risques climatiques, économiques, sociaux, d’absence du dirigeant, etc. Prévenir ces risques est souvent perçu comme une contrainte ou un coût supplémentaire, surtout dans un contexte économique difficile. En réalité, seule une stratégie globale de maîtrise des risques permet de sécuriser et d’assurer la pérennité de l’exploitation. Celle-ci peut passer par le collectif. C’est le cas de la cuma du Luisant (sud Cher) qui a créé un groupement d’employeurs interne à la cuma et a embauché un salarié.

Des besoins très différents

La première rencontre entre agriculteurs intéressés par la problématique de la main d’œuvre avait pour but de définir les besoins qualitatifs et quantitatifs de chacun. Ils se sont vite rendu compte que les attentes des adhérents étaient totalement différentes. Autour de la table, étaient réunies cinq exploitations de type polyculture-élevage avec cinq motivations d’embauche distinctes. Le nombre d’heures mais aussi le positionnement souhaité du salarié dans le fonctionnement de chaque exploitation étaient a priori différents. Les attentes exprimées étaient les suivantes : faire face aux pics de travail pendant la récolte, être plus efficace à deux sur les chantiers, ne pas délaisser certains chantiers, anticiper la transmission de l’exploitation et faire face aux imprévus (accident météo). Mais l’objectif commun était bien de sécuriser les exploitations.

Groupement d’employeurs

Après de multiples échanges, des questionnaires et de la réflexion, le groupe est arrivé à la conclusion qu’un salarié à temps plein serait suffisant pour répondre aux besoins. La cuma a ainsi embauché Jérémy, fils de l’un des adhérents du groupe, début mars 2020, en CDI 35h.

Dès le départ, le système mis en place est souple et adaptatif au niveau des heures. Un exploitant peut ainsi disposer du salarié deux jours sur un mois puis trois jours par semaine à une autre période. Le groupement facture la prestation à l’adhérent en fonction des heures enregistrées par le salarié chaque mois. De plus pour l’organisation du travail, la cuma a fait le choix de donner des règles de priorité pour la gestion du planning : arrêt maladie, travaux liés aux denrées périssables, soin des animaux. Ces règles permettent de bien planifier la disponibilité de Jérémy.  Ces critères respectent de plus l’objectif de sécurisation des exploitations du groupe.

Adhérents satisfaits

Pour le président de la cuma du Luisant, Guy Graillot, le salarié permet un gain de temps. « Le temps dégagé par l’emploi de Jérémy permet de s’occuper de tâches qui étaient délaissées, de réfléchir aux choix stratégiques de l’exploitation ou encore d’éviter les erreurs, approximations ou accidents liés à un volume de travail trop important ». Isabelle Buisson met en avant le gain de réactivité et de souplesse face à l’imprévu. « La présence d’une personne connaissant l’exploitation et le travail à réaliser permet de pouvoir faire face plus sereinement aux situations de maladies, absences prolongées… sans mettre en danger le résultat d’exploitation ». Hubert Arbault apprécie l’apport d’une compétence et d’une expérience nouvelle. « Le recours à un salarié doit avant tout être perçu comme un investissement qui, au-delà du coût qu’il représente, apporte un gain important, même quand il est difficilement chiffrable ».
Créer un emploi est souvent perçu comme le parcours du combattant. Il existe certes quelques contraintes légales et administratives au départ pour la mise en place de l’embauche. Mais une fois le salarié embauché, on s’aperçoit généralement que cela renforce la sécurité et le confort des exploitations. C’est démontré avec la cuma du Luisant !

 

A lire aussi :

5 étapes avant d’embaucher 

En 2019, on embauche 

L’embauche pour faciliter le fonctionnement d’une cuma 

Coup de pouce à l’embauche 

 

Entraid Vidéos

4 astuces faciles en termes de reconnaissance

Quels sont les risques liés à un manque de reconnaissance?

Comment dire à son salarié que l’on n’est pas satisfait de son travail?

Animateur de cuma, kesako ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement