Les éleveurs mayennais s’essayent à la plantation des betteraves fourrragères

Quelques agriculteurs bio du département et du Civam bio 53 s’intéressent à la betterave fourragère. La plantation offre quelques avantages au démarrage de la culture. Elle nécessite en contre-partie des investissements spécifiques. La cuma Cepvil évalue l’opportunité d’investir et en attendant, réalise des chantiers tests.

La planteuse de la cuma des Rivages (49) a fait des excursions en Mayenne en 2020 et 2021. Elle couvre 0,28 ha/h.

Quatre hectares en 2020, une quinzaine cette année… La planteuse de la cuma des Rivages, dans le Maine-et-Loire, a étendu son territoire d’action. En effet, la cuma départementale de la Mayenne étudie un projet d’investissement. Depuis deux ans, elle sollicite donc cette planteuse six rangs Checchi & Magli. Avec, elle teste concrètement la technique.

Essais à transformer

Quentin Gougeon fait partie des éleveurs à l’initiative de la démarche. Il est responsable de l’activité mayennaise. Pour la seconde année, il a planté des betteraves au printemps dernier. Malgré le coût qu’il constatait en 2020, 1.850€/ha, il reste sensible aux arguments de la technique d’implantation. Autant pour l’investissement que pour raisonner l’approvisionnement en plants, l’action collective aura son rôle à jouer pour aider la betterave fourragère à s’ancrer en Mayenne.

À lire aussi:

Des betteraves au menu

La betterave fourragère sort du bois

Renaissance de la betterave fourragère en Aveyron

Une machine pour laver et hacher les betteraves

 

Entraid Vidéos

Une cuma pour changer de modèle

La viticulture imagine la gestion durable de ses sols

Vague de gel dévastatrice dans les cultures

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement