Une vitrine de la cuma aussi brillante que pratique

À Pacé, commune limitrophe de Rennes (35), la cuma de l’Union a construit son bâtiment qui se veut fonctionnel et accessible. En mêlant inauguration, visites et accueil de l’AG de la fédération des cuma Ille-Armor le jeudi 12, ce mois de décembre 2019 marquera l’histoire de la cuma brétilienne.

La visite du nouveau bâtiment de la cuma de l’Union est au programme de la journée fédérative des cuma d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor, le 12 décembre (@Fédération Bretagne Ille-Armor).

Une construction de plus de 700m², toute neuve et fonctionnelle, est prête pour accueillir l’assemblée générale de la fédération des cuma locale le 12 décembre (journée entière). La cuma de l’Union lève ainsi le rideau sur son nouveau bâtiment. Outre l’espace de stockage d’environ 1.500m², l’aménagement offre de la place pour les bureaux, un magasin de pièces de 80m², un atelier de 525m². «On y retrouve des vestiaires, toilettes et douches hommes et femmes, aux normes d’accessibilité pour les personnes handicapées», liste Fabien Demarcq, animateur de la FBIA.

Implantation adaptée en milieu péri-urbain

L’accès à l’atelier est possible par trois ouvertures, «la plus grande porte fait 12m sur 4,50m de hauteur. Ils peuvent rentrer et sortir la moissonneuse rapidement, avec la barre de coupe.» Le conseiller s’attarde aussi sur l’aire de lavage: à différents éléments de décantation succède une vanne trois voies «qui permet d’envoyer l’eau vers la station d’épuration ou vers le réseau des eaux pluviales.» Il souligne enfin l’implantation du site, dans une zone artisanale, accessible pour les adhérents comme pour les fournisseurs. «Autour, ce sont des entreprises. Les relations de voisinage sont plus simples que s’il s’agissait d’habitants.»

bâtiment de cuma : Olivier Ledieu (responsable des salariés) et Nicolas Delaunay

Les salariés de la cuma de l’Union, dont fait partie Nicolas Delaunay (à droite), le chef d’atelier, disposent d’un nouvel outil de travail. Dans la concrétisation du projet, leur avis a compté (@Christophe Nicaud).

Salariés impliqués pour des aménagements au top

Rien d’étonnant dans la mesure où Nicolas Delaunay (chef d’atelier de la cuma) est consulté par les responsables lors des achats de matériels, mais «les salariés ont été intégrés dans la réflexion dès le départ du projet», salue Fabien Demarcq. À ce jour, ils sont deux permanents et deux apprentis à œuvrer toute l’année, en plus des renforts saisonniers, et la cuma cherche actuellement à recruter une personne en plus, «principalement pour de la conduite et de l’entretien.» La journée du 12 devra démontrer qu’elle dispose de l’argument des conditions de travail confortables. Pour les cuma de la fédération qui ont choisi le lieu pour aborder le thème de leur attractivité à l’occasion de leur AG, c’est sans aucun doute le bon endroit.

Entraid Vidéos

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

L’ambiance studieuse du Salon aux champs

Jouer à Super Mario Bros sur l’IntelliView d’un tracteur New Holland

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement