Alerte sur les coûts des aliments

Les cours des céréales se redressent. Tant mieux pour les céréaliers. Mais ça coince du côté des éleveurs en l’absence d'une revalorisation rapide des prix de vente. En particulier pour les porcs et les volailles.

Entre août 2017 et août 2018, le prix du blé fourrager dans l’aliment composé est passé de 156 €/t à 211 €/t, alors que le cours du tourteau de soja a progressé de 300 à 357 €/t.

Quel est le premier poste de charge dans un élevage avicole ou porcin ? Le coût des aliments du bétail. Celui-ci représente les 2/3 du prix de revient ! Dans ces conditions, la hausse du prix des matières premières plombe les comptes ! Entre août 2017 et août 2018, le blé a pris 35, 5%. 30 % pour les tourteaux de colza et tournesol. « Conformément aux engagements pris lors des Etats généraux de l’alimentation, l’augmentation des coûts de production doit être prise en compte dans les prix de vente » réclame Coop de France.

+ 35 % pour le blé

Même son de cloche du côté de l’ANVOL (interprofession des volailles de chair qui réunit tous les maillons de la filière). Compte-tenu du cycle de production du poulet, ces hausses commencent déjà à être supportées par les acteurs de la filière, observe l’interprofession. Et la situation risque fort de se dégrader sur la fin d’année, prévient l’Itavi.

Entraid Vidéos

2.000 € d’économies de litière

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

Presser la paille de maïs demande des précautions

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement