Epandage de fumier en service complet, quelle efficacité?

Bien que les logettes gagnent du terrain en élevage laitier, l’épandage de fumier reste une activité conséquente dans les cuma. Certaines l’intègrent à leur catalogue de services complets. Deux exemples démontrent que l'efficacité est à la clef.

Le travail en équipe est une opportunité pour réduire les temps improductifs sur les chantiers de printemps.

Deux chauffeurs, voire trois, pour un véhicule chargeur et deux ensembles d’épandage. Voilà un format de chantier avantageux, particulièrement dans les cuma avec plusieurs salariés. Les opérateurs ne perdent pas de temps entre le chargement et l’épandage et les matériels tournent à plein régime.

La cuma des Tours s’organise avec deux ensembles tracteurs avec épandeur à fumier et un tracteur chargeur. Ses deux chauffeurs remplissent et vidangent une dizaine d’épandeurs à l’heure en fumier de bovin (réparti à raison de 28t/ha). Pour son volume annuel d’un millier d’épandeurs, la cuma d’Élven fonctionnait auparavant avec un seul épandeur. Les responsables ont fait le choix d’investir dans un deuxième équipement identique au premier pour soulager celui-ci et gagner en efficacité, sur une période de printemps bien chargée Le fait d’avoir un deuxième épandeur permet de réaliser des chantiers avec le même travail et de ne pas créer de problème d’organisation.

Dix voyages à l’heure

À Séglien, et Cléguérec, c’est avec de l’intercuma que les groupes ont amélioré leur efficience. Chacun possède un ensemble avec des épandeurs à fumier similaires. En plus, la cuma de Kleg propose en plus son télescopique, et avec ou sans le chauffeur, c’est aussi au choix de l’adhérent. Bilan sur un chantier type: près de 100 épandeurs en 10h sur 30ha. À Séglien, Vincent Boscher, nouveau trésorier de la cuma Saint-Jean Breizh confirme cette référence des dix voyages à l’heure. Il s’occupe lui-même de charger les épandeurs avec le télescopique de la cuma voisine, et les salariés des deux cuma mènent leur ensemble. Cette organisation limite les pertes de temps lors d’un changement de parcelle ou de tas, en plus d’éviter les montées et descentes d’une cabine à l’autre. À la saison des préparations des terres en vue des semis de maïs, c’est un temps gagné particulièrement précieux. Vincent souligne que «ce un gain de temps est non négligeable. Ce fonctionnement permet d’alléger la charge de travail des chauffeurs, déjà importante à cette période.»

Coût d’un chantier type

À Séglien (cuma Saint-Jean Breizh)

  • 100 épandeurs en 10heures sur 30hectares
  • télescopique avec carburant et salarié (73€/h) = 730€
  • 2 tracteurs avec le chauffeur (65€/h) = 1.300€
  • épandeur (14€ par voyage) = 1.400€
  • soit un total de 3.430€, soit 114€/ha ou 34€/épandeur

À Élven (cuma des Tours)

  • 80 épandeurs en 8 heures sur 25 hectares
  • tracteur chargeur et salarié (81€/h) = 648€
  • 2 tracteurs avec le chauffeur (66€/h) = 1.056€
  • épandeur (17 € par voyage) = 1.360€
  • soit un total de 3.064€, soit 122€/ha ou 38€/épandeur

Entraid Vidéos

Quand l’azote se volatilise, les euros aussi s’envolent !

Un robot qui récolte l’herbe et la distribue

Prestation et qualité dans le sillage de l’automoteur

2.000 € d’économies de litière

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement