Moissons 2017: La France sauve les meubles

Cultures
bilan des moissons 2017

Selon les estimations au 1er septembre 2017, la récolte de céréales est estimée à 68,2Mt, contre 54,2Mt en 2016 et 66,9Mt en moyenne de 2012 à 2016.

18/09/2017 - 13:00

La récolte record en Russie tire les prix vers le bas. La France sauve les meubles après une année 2016 catastrophique.

Partagez cet article: Moissons 2017: La France sauve les meubles

Selon les estimations au 1er septembre 2017, la récolte de céréales est estimée à 68,2Mt, contre 54,2Mt en 2016 et 66,9Mt en moyenne de 2012 à 2016.

La production de blé tendre atteindrait 37,8Mt, niveau le plus élevé après 1998 et 2015. Le rendement est estimé à 73,4q/ha. La production de blé dur augmenterait de 26% sur un an à 2,14Mt, malgré la baisse des surfaces. La récolte d’orges atteindrait 12,3Mt (+17% sur un an et +8% par rapport à la moyenne 2012-2016). L’estimation de production de colza est revue significativement à la hausse, le rendement étant meilleur que prévu. La récolte s’élèverait à 5,5 Mt, proche du record de 2009.

L’estimation de la récolte de maïs-grain est maintenue à 13Mt, en hausse de 9% sur un an mais en baisse de 13% par rapport à la moyenne 2012-2016 ; celle de maïs-fourrage est abaissée à 17,3Mt. La récolte de tournesol augmenterait de 6% sur un an à 1,3Mt.

Blé tendre

L’enquête sur la qualité des blés collectés, menée par FranceAgriMer en partenariat avec Arvalis – Institut du végétal à l’entrée des silos, révèle d’excellents taux de protéines (12,3% en moyenne nationale), une teneur en eau satisfaisante pour la conservation des grains (13,1% en moyenne) et des poids spécifiques qui permettront de répondre aux besoins de tous les segments de marché (77,2kg/hl en moyenne nationale).

Les blés de la récolte 2017 affichent également de très bons résultats pour la panification. Au total, près de 70% des blés de la récolte 2017 sont classés en catégories «premium» ou «supérieur» de la grille Intercéréales. Les utilisations de blé sur le marché intérieur français devraient peu varier par rapport à l’an dernier, notamment dans le secteur de l’alimentation humaine (meunerie, boulangerie, biscotterie), secteur mâture où la demande est peu élastique.

En revanche, FranceAgriMer prévoit une diminution des utilisations par les fabricants d’aliments du bétail français à 5,3millions de tonnes (contre 5,4Mt en 2016/17), en raison de la bonne qualité des blés 2017 qui devrait conduire à privilégier les utilisations en alimentation humaine. Les ventes vers les autres pays de l’Union européenne pourraient retrouver un niveau plus habituel (autour de 7,8Mt), après avoir atteint l’étiage, la campagne dernière, en raison de la très faible récolte engrangée. En outre, France AgriMer prévoit à l’horizon fin de campagne, des exportations de plus de 10Mt vers les pays tiers, sous réserve de gagner en compétitivité face aux origines mer Noire, disponibles en quantité et à bas prix sur le marché mondial.

Dossier spécial : Moisson 2017 : ils ne font rien comme les autres

A lire aussi : MOISSONS2017: EN ORGE ET POIS, DE L’AVANCE DANS LE TARN ET L’AUDE

MOISSON 2017 : LE NORD-EST ENTAME LES CHANTIERS

MOISSONS 2017 : DES COURS INFLUENÇABLES

RÉCOLTE DES COLZAS : C’EST COMMENCÉ

UNE MOISSON 2017 « MOYENNE » EN CÔTE D’OR

[Moisson 2017] Le potentiel est là… sauf s’il continuer à faire 30°C /

MOISSON : COUP DE CHAUD SUR LE BLÉ DUR

MOISSONS 2017 : APRÈS UN DÉMARRAGE CORRECT, « ON ATTEND LE BEAU TEMPS POUR FINIR DE BATTRE NOS 950 HA »

Publicité
Simple Share Buttons