Un chantier d’ensilage… de paille en pleine moisson

Le national
L'ensileuse de la cuma de Tennie travaille dans les champs moissonnés du Gaec Brunet pour une récolte de paille idéale pour les volailles les plus délicates

La cuma avait initié l’activité broyage de paille avec une ancienne machine. Depuis, elle a été renouvelée par cette Jaguar, plus confortable pour le chauffeur, et qui est aussi amortie grâce à des heures de broyage de maïs grain humide (en poste fixe).

27/07/2017 - 07:04

Depuis quelques années, des aviculteurs sarthois ensilent de la paille. Satisfaits du résultat obtenu, ils n’ont plus qu’à optimiser ce chantier qui s’est rajouté à leur calendrier estival.

Partagez cet article: Un chantier d’ensilage… de paille en pleine moisson

Article mis à jour au 19 septembre 2017 : A découvrir le bilan de la récolte moissons 2017

MOISSONS 2017: LA FRANCE SAUVE LES MEUBLES

Dossier spécial : Moisson 2017 : ils ne font rien comme les autres


Avec ce chantier, les aviculteurs du secteur obtiennent un produit prêt à l’emploi : exemple avec Stéphane Brunet, éleveur à Rouez-en-Champagne : Pour un bâtiment de 2.000 volatiles, «je pose un godet dans chaque case, j’étale à la main… ça me prend dix minutes.».Produit pratique, donc, et suffisamment idéal pour qu’avec son frère et associé, Sylvain, ils se donnent autant de mal pour ensiler de la paille à une période de travaux déjà chargée. «C’est vraiment un chantier de récolte qu’il faut organiser», confirme ce dernier.

Un chantier de plus au cœur de l’été.

Ce jour-là, entre le chauffeur de la cuma et les voisins du gaec de la pie avec qui le gaec Brunet pratique l’entraide, 6 personnes sont mobilisées, pour 7 engins à piloter: l’ensileuse, quatre ensembles tracteur-remorque – car les parcelles n’étaient pas trop éloignées – et deux télescopiques. En effet, s’il peut pousser le tas à la sortie de la remorque, le chariot de la ferme n’a pas le bras assez long pour gerber les godets de paille et faire monter le silo jusqu’au toit du hangar. «Contrairement au maïs par exemple, ça ne se tasse pas. On ne peut pas rouler dessus», explique Stéphane en montant à bord du véhicule d’un autre voisin, un charpentier: «André Leroyer nous met à disposition ce chariot avec son bras de 14 m.»

Broyage-de-paille-moisson-2017-sarthe-cuma-de-tennie-claas-jaguar-fendt-triticale-aviculture-volaille-paillage-lot-de-dinde-chantier-ensilage-remorques

Sitôt sa moisson finie, la ferme d’élevage (aviculture et bovins laitiers) s’attèle à un premier chantier d’ensilage réalisé en entraide: celui de la paille de triticale.

Tout pour le confort de ces volailles

S’il est assez complexe à construire, le stockage n’occupe finalement pas tant de place: «Dans ce silo, on va rentrer 7 à 8ha, c’est autant que si nous y avions mis des rounds», calcule Stéphane Brunet. Il liste néanmoins d’autres inconvénients du chantier, ou concessions faites pour le confort des volailles: La moisson se fait de nuit, pour maximiser le rendement en paille. Dans ce même esprit et pour sa meilleure qualité d’absorption, car «le tube de la tige est plus gros», les frères Brunet cultivent quelques hectares de triticale pour cet ensilage de paille. Pour ne pas créer un nouveau besoin au gros du coup de bourre et pouvoir ensiler dans la foulée, «on moissonne le triticale en dernier. Comme on garde le grain pour les vaches laitières, ce n’est pas trop grave si on perd un peu en qualité», explique-t-ils. «Il faut aussi avoir une fenêtre météo qui s’y prête», ajoute Sylvain Brunet.

Chaumes de triticale

Par rapport au blé, les caractéristiques de la tige de triticale lui confèrent de meilleures qualités d’absorption, bien valorisées par le broyage, selon les éleveurs.

Pour le chauffeur aux manettes de la Jaguar de la cuma de Tennie, Franck Pifre, le chantier est «plutôt simple.» Hachage resserré au plus fin, pas d’éclateur à régler… et c’est parti ! Il n’y a plus qu’à suivre les andains et ralentir lorsqu’ils deviennent vraiment trop volumineux pour le pick-up et le rotor. «Il faut surtout surveiller les températures», ajoute Sylvain Brunet en frottant le tableau de bord de son Fendt pour en dégager la poussière. Avec les particules de paille qui volent, «le principal risque, c’est l’incendie», confirme le chauffeur de cuma en précisant que sa machine dispose d’une réserve d’eau prête à faire face.

Broyage-de-paille-moisson-2017-sarthe-cuma-de-tennie-gaec-brunet-aviculture-volaille-paillage-lot-de-dinde-vidange-remorque

Construire le silo de paille broyée est une opération qui perturbe les habitudes. Contrairement aux fourrages tassés grâce au poids des engins, ce tas n’offre pas la portance nécessaire pour rouler dessus. Il faut trouver d’autres méthodes et d’autres outils.

La cuma de Tennie a acquis sa Jaguar 850spécifiquement pour le broyage de maïs grain humide et ces chantiers de paille, développés en réponse à la demande d’adhérents. Ils sont une quinzaine d’aviculteurs à solliciter l’ensileuse, pour environ 200ha. Avec un contingent de 160adhérents, «Il en faut pour tous les goûts», résume Fabrice Chaumont, responsable à la cuma qui propose aussi un service de broyage de paille au rotocut sur une presse bigballer. «Ça convient très bien à certains adhérents», par exemple pour pailler des bovins.

Des solutions viendront naturellement à l’usage

Niveau coût, la cuma facture l’heure d’ensileuse à 230€ environ, à quoi s’ajoutent les complexités précédemment décrites. Mais ce qu’il faut surtout voir, c’est que cette activité est toute jeune. La cuma s’est lancée il y a quatre ans, le gaec Brunet depuis trois et est convaincu du résultat sur les lots de dindes et de canards. Ainsi, les équipements et les organisations ne pourront que s’améliorer, «à l’usage», pour trouver des moyens d’optimiser le chantier. D’autres méthodes ont déjà cours ailleurs, ramassage à l’autochargeuse ou chantier ensileuse + presse par exemple (à lire : Broyer et emballer vite fait).

En 2017, les éleveurs de dindes essayeront des démarrages sur paille de colza ensilée.

Toujours en réflexion pour optimiser la récolte et profiter d’opportunités, Stéphane et Sylvain Brunet essayeront de démarrer des lots avec de la paille de colza broyée. Si le résultat technique est à la hauteur par rapport à la balle de riz, il y a fort à parier que cette première ne sera pas sans suite.

Comptons aussi sur l’esprit expérimentateur des éleveurs de Rouez pour élaborer ces futures solutions d’amélioration. Déjà, «cette année nous broyons de la paille de colza. C’est un essai pour remplacer la balle de riz au démarrage des dindes», dévoile Stéphane Brunet.

Depuis qu’il utilise ce produit, «nous n’avons plus de problème d’arthrite», mais le coût pour un bâtiment équivaut à 1.500€, ce qui laisse de la place aux économies. «Nous verrons avec un ou deux lots; Si c’est concluant, nous adapterons notre itinéraire du colza» pour intégrer la récolte de paille aux objectifs de la culture oléagineuse.


Retrouvez aussi notre dossier moisson 2017.


machines xxl banque de travail organisation gestion groupe recolte

Un dossier Récolte 2017 spécial sur les initiatives originales.

Dossier spécial :Moisson 2017 : ils ne font rien comme les autres


A lire aussi :

[PARTS DE MARCHÉ 2017] NEW HOLLAND ET CLAAS LARGEMENT LEADERS EN MOISSONNEUSE BATTEUSE

MOISSONNEUSE-BATTEUSE JD S700 : PASSAGE EN PILOTAGE AUTOMATIQUE

MOISSONS2017: EN ORGE ET POIS, DE L’AVANCE DANS LE TARN ET L’AUDE

MOISSON 2017 : LE NORD-EST ENTAME LES CHANTIERS

MOISSONS 2017 : DES COURS INFLUENÇABLES

RÉCOLTE DES COLZAS : C’EST COMMENCÉ

UNE MOISSON 2017 « MOYENNE » EN CÔTE D’OR

[Moisson 2017] Le potentiel est là… sauf s’il continuer à faire 30°C /

MOISSON : COUP DE CHAUD SUR LE BLÉ DUR

MOISSONS 2017 : APRÈS UN DÉMARRAGE CORRECT, « ON ATTEND LE BEAU TEMPS POUR FINIR DE BATTRE NOS 950 HA »

Publicité
Simple Share Buttons