Le maïs cohabite mal avec des couverts vivants

Cultures Tests et avis
maïs sous couvert de légumineuses

Le passage du strip till dans un couvert vivant de trèfle permet au maïs de moins souffrir de la concurrence.

03/01/2019 - 06:49

De 2013 à 2017, des essais ont été réalisés par Arvalis pour implanter un maïs dans un couvert de légumineuse laissé vivant. Différentes techniques de préparation du sol avant semis et de désherbage total ou partielle ont été essayées.

Partagez cet article: Le maïs cohabite mal avec des couverts vivants

Du maïs sous couvert de légumineuses ? Le maïs ne supporte pas la concurrence, il ne fait pas dans le collectif. Différents essais réalisés notamment par Arvalis le montrent bien. Dans chaque essai, le choix des couverts s’est porté sur des légumineuses. Ainsi le sainfoin, trèfle blanc, trèfle violet et dans une moindre mesure le trèfle incarnat ont donc passé des tests de cohabitation avec le maïs.

Détruire le couvert avant le semis

Le choix de ces légumineuses et notamment du trèfle blanc pose des problèmes de destruction à l’aide du rouleau Faca. La faible hauteur du couvert ne donne que peu de prise aux lames des rouleaux. Dans sa globalité, les essais montrent que garder le couvert vivant dans un maïs dès le semis, même en essayant de le réguler de manière chimique ou mécanique, permet d’avoir parfois des résultats équivalents par rapport au témoin semé sans couvert mais en aucun cas ne fait gagner de rendement. Il a aussi été remarqué que un à deux passages de strip till ont permis de limiter la compétition avec les couverts. Par contre le trèfle blanc s’est avéré capable de recouvrir rapidement le rang.

Régulation des différents couverts avec des herbicides et des procédés mécaniques comme le roulage ou le passage d’un déchaumeur. Herbicides utilisés en prélevée : Adengo localisé (« Ad. Loc. ») ou Adengo en plein (« Ad. Plein ») ou Dual gold ou Isard (« Dual/Isard »). Ils ont été complétés par de la post-levée (ex : Callisto + Pampa).Gestion du couvert : « Roulage » (rolo faca sans glyphosate préalable) ; « Glypho-SD » (glyphosate seul ou avec 2,4D, sans travail du sol) ; « Glypho-ST » (glyphosate seul ou avec 2,4D, puis strip till avec un ou deux passages) ; « Déch. » (déchaumeur à disques indépendants).

à comparer avec la gestion des adventices

Des essais ont aussi été réalisés en Haute-Loire sur la partie désherbage du maïs. Les résultats des rendements montrent bien que le témoin qui n’a subi aucune action mécanique ou chimique de désherbage et qui est donc resté en concurrence avec un couvert, certes d’adventices, reste dans tous les cas celui qui obtient le rendement le plus faible.

Une culture avec des réflexes étonnants

Il y a déjà quelques années, une équipe de chercheurs canadiens avec à sa tête le professeur Clarence Swanton a mis en évidence que le maïs était capable de détecter la présence de plantes voisines en captant la lumière rouge qu’elles dégageaient. Avec ce signal d’alerte, le maïs avait tendance à développer plutôt rapidement ses parties aériennes pour tenter de concurrencer les plantes voisines et avoir un meilleur accès à la lumière. Par contre, il a été remarqué que cette accélération végétative se faisait au détriment du développement racinaire qui explorait beaucoup moins de surface et de profondeur du sol. Tout cela bien sûr avec un impact sur le rendement.

Publicité
Simple Share Buttons