Comparatif : Fendt 930, JD 6910 ou Agrochargeuse JCB 419s au silo

Des trois matériels, placés sur le silo de démonstration du salon des cuma, c’est la chargeuse articulée qui affichait le poids porté par l’essieu avant le plus élevé. C’est un atout plutôt intéressant pour un chantier réussi.

En septembre , à l'occasion du Salon aux champs organisé par le réseau des cuma de l'Ouest, les experts de l'ensilage ont présenté les bonnes pratiques et des indications sur le matériel.

Sur le silo du Salon aux champs de septembre, ils étaient trois engins à circuler en poussant le maïs fraîchement haché. Le premier, un tracteur de l’exploitation, 120ch, bien lesté. Sur la bascule, le John Deere 6910 affiche 10t équitablement réparties entre les deux essieux. Le deuxième était le Fendt 930 de la cuma, habitué à confectionner les silos, avec ses quinze tonnes mesurées le jour de l’événement. «Nous avons aussi une chargeuse articulée», présente Christopher Brachet, conseiller référent du réseau cuma sur les questions d’ensilage. Avec les 12,9t de ce modèle JCB, donc plus léger que l’imposant tracteur de la cuma, «c’est un matériel qu’on voit plus rarement sur nos silos.» Et pourtant!

L'essieu avant du Fendt de la cuma a été pesé. Il porte 5 t.

Le tracteur de forte puissance est équipé d’une lame à l’avant et est lesté à l’arrière. Dans cette configuration, l’essieu avant porte 5 t quand les roues arrières en supportent 10.



Agrochargeuse 419s JCB Quinze tonnes ne font pas tout

Le conseiller souligne que la chargeuse reste plutôt intéressante, notamment grâce à la répartition de son poids: 5,7t à l’arrière et 7,2t sur l’essieu avant de ce JCB 419s. «On sait que la zone sensible sur les silos, ce sont les bords. Or, pour tasser ces endroits, on utilise surtout l’essieu avant, donc c’est intéressant d’avoir un maximum de poids dessus.» Christopher Brachet souligne aussi la dimension des roues: plus étroites que celle du tracteur, elles sont également un facteur favorable à la qualité du tassement. Puis il revient sur le Fendt de la cuma pour attirer l’attention sur la lame attelée sur le relevage avant: «C’est important que la lame ne dépasse pas sur la largeur par rapport aux roues. Sinon, le chauffeur ne pourra pas passer au plus près du mur.» Une évidence, toujours bonne à rappeler sur un chantier de mise en conserve «qui engage au moins 1 000 €/ha récolté de charges, sans compter que les pertes sont autant de surfaces où nous aurions pu faire des cultures de vente», signale Lenaïg Déniel, conseillère de la chambre d’agriculture.

Chargeuse JCB en action lors d'un chantier de récolte de maïs fourrager

La chargeuse 419s de JCB équipée d’une fourche à ensilage affiche un poids total de 12,9 t dont la plus grande partie repose sur l’essieu avant, le plus facile à manœuvrer pour tasser les bords de silo.

Savoir prendre son temps

Elle relativise la charge d’une flotte d’engins adaptée pour le tassement: «Un tasseur, c’est un coût d’environ 480€ pour la journée.» Ainsi est alerté le public massé devant les véhicules évoluant calmement sur le fourrage étalé, car Christopher Brachet le rappelle, en matière de confection de silo, «le savoir-faire du chauffeur est un paramètre essentiel! Qu’il sache prendre son temps est une précieuse qualité.»

tracteur équipé pour tasser un silo de maïs

Lesté d’une masse d’une tonne et demi, le John Deere 6910 du gaec hôte de l’événement atteignait le même poids sur l’essieu avant que le tracteur de forte puissance de la cuma.


A lire aussi sur le sujet :

Ils font leurs silos avec un gros chargeur frontal Mx

Les roues du chargeur s’écartent sur le silo

En Normandie, le groupe loue pour ériger ses silos

Une application gratuite pour bien décider son chantier, l’ensilage mieux tassé avec TassSilo

Silos : Bien tassés et bien bâchés

L’analyse du coût alimentaire décortiqué jusqu’à l’auge

L’art de ne pas stocker de l’air est un effort nécessaire

Entraid Vidéos

L’ensilage brins longs n’a pas eu d’effet sur les performances

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

[Ensilage de maïs] Le risque c’est 10.000 euros de perte sur 30 ha

Soigner ses récoltes de légumineuses

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement