Station phytosanitaire : faire le choix d’une aire individuelle ou collective ?

Réglementation
Discussion sur une aire phytosanitaire. Alors, collectif ou individuel ?

Discussion sur une aire phytosanitaire. Alors, collectif ou individuel ?

14/08/2018 - 12:19

Priorité à l’autonomie ou à la réduction des coûts ? C’est la clé pour choisir entre une station individuelle ou collective.

Partagez cet article: Station phytosanitaire : faire le choix d’une aire individuelle ou collective ?

La conception d’une plate-forme individuelle ou collective doit répondre à trois objectifs :

  • sécuriser le remplissage du pulvérisateur,
  • piéger l’effluent phytosanitaire généré pendant le lavage du pulvérisateur,
  • faciliter le travail de l’intervenant : confort et sécurité.

Aire individuelle

L’utilisateur est autonome. La limitation des volumes générés et la séparation des différents effluents produits seront mieux maîtrisées. La conception de l’installation, sa réalisation et son entretien sont supportés par une seule structure.

Aire collective

L’objectif d’un équipement collectif est de mutualiser les coûts, de faire des économies d’échelle, de disposer de matériels plus performants. Il permet aussi d’être conforme aux normes réglementaires et environnementales et de pouvoir répondre plus facilement aux évolutions. Cette gestion collective aura un effet direct sur l’environnement : un volume important d’effluent qui pourra être traité, il s’agira de l’intégralité des effluents produits au niveau d’une commune, ou d’un groupe d’agriculteurs si l’adhésion est forte.

Précautions concernant la gestion d’une aire phytosanitaire

La difficulté rencontrée avec une gestion collective, c’est le respect des consignes d’utilisation et d’entretien. Dans certaine situation, il est recommandé de disposer d’un contrôle d’accès par les utilisateurs (type de jetons, carte, reconnaissance optique…) pour limiter l’utilisation aux seules personnes adhérentes. Autre point, les effluents polluants sont gérés et concentrés sur un même lieu.

Optimiser

La réalisation d’une aire commune à 2 ou 3 exploitations est tout à fait envisageable. On limite alors les coûts et l’on peut supposer que l’installation et les consignes d’utilisation seront plus aisément respectées. La faisabilité d’une aire collective dépendra de la répartition géographique des exploitations agricoles (sièges d’exploitation regroupés, pas plus de 5 à 7 km du site) ; des habitudes de travail, des organisations existantes (CUMA, travaux en commun entre voisins…) et de l’implication possible de chaque utilisateur.

Extrait du guide « Concevoir sa plateforme de remplissage/lavage du pulvérisateur et du lavage de matériel », édité par les Chambres d’agriculture de la Vienne et des Deux-Sèvres. Auteurs : Christine Archenault (Chambre d’agriculture de la Vienne), Daniel Colin (Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres), Sylvain Jarousseau – BTS GEMO Saintes.

Vous pouvez aussi aller plus loin sur la thématique de la réglementation plateforme phytosanitaire :

Un guide sur les plateformes phytosanitaires et de lavage


Le sommaire du guide « Concevoir sa plateforme de remplissage/lavage du pulvérisateur et du lavage de matériel ».

Notre dossier sur les plateformes phytosanitaires : installation, coût, réglementation 

plateforme phytosanitaire

Cliquez sur l’image pour voir l’ensemble des articles de notre dossier sur les plateformes remplissage lavage.

Publicité
Simple Share Buttons