La conversion en bio comme levier de passage de désherbage mécanique

Partager sur

La conversion en bio comme levier de passage de désherbage mécanique

La cuma s'est structurée autour du désherbage mécanique suite à sa conversion en bio.

La Cuma Armagnac s’est structurée autour du désherbage mécanique suite à la conversion en agriculture biologique d’un petit noyau de 3 producteurs. Du fait de leur utilisation intensive des outils, certains équipements leur sont exclusivement réservés. Au vu des surfaces travaillées par an, le coût à l’hectare est attractif.

SOMMAIRE

Le groupe et leur matériel

A Adour Armagnac, le matériel conçu pour le désherbage mécanique est partagé entré les adhérents de la cuma selon leurs besoins en agriculture bio. Le nombre d’hectares engagés varient selon les machines :

  • 3 adhérents pour les bineuses pour un total de 230 ha engagés sur minimum 5 passages
  • 3 adhérents pour les herses étrilles et 230 ha engagés sur 2 passages minimum
  • 3 adhérents pour houe rotative avec une surface de 230 ha engagés pour un minimum de 2 passages

6 outils indispensables sont à disposition des adhérents de la cuma notamment : 3 bineuses avec interface de guidage caméra, 1 houe rotative et 2 herses étrilles. Sans oublier les 2 tracteurs. Concernant la main d’oeuvre, on compte 1 salarié du groupement employeurs d’une autre cuma (3 cuma Basques à Bordères-et-Lamensans).

désherbage mécanique bio

La cuma Adour Armagnac dispose d’un salarié et de 6 outils.

Les bineuses utilisées pour le désherbage mécanique en bio

  • 1 modèle Garford Robocrop 6 rangs (80 cm) pour un budget de 54 260€ (2019) pour un rendement de 10€/ha
  • 1 modèle Garford Robocrop 7 rangs (60 cm) pour un budget de 65 000€ (2022) pour un rendement de 10€/ha
  • 1 Hatzenbichler Phoenix de 6 rangs (80 cm), configurable en 7 rangs (60 cm) avec un budget de 44 600€ (2018) et un rendement de 33€/ha

Retrouvez ici le guide complet pour choisir votre bineuse agricole !

Les herses étrilles

  • 1 modèle Treffler TS 1000 (10 m) de 2019. Son prix est estimé à 27 477€ pour un rendement de 13€/ha
  • 1 modèle Treffler TS 1300 (13 m) de 2022. Son prix est estimé à 33 330€ pour un rendement de 13€/ha

La houe rotative

  • 1 modèle Einböck Rotarystar de 6,4 m de portée (2019). Son rendement est de 12,9€/ha et son prix de 20 000€

Les tracteurs

2 tracteurs sont également mis à disposition des cumistes à Castandet (40270) : des modèles John Deere 6130 R avec guidage RTK. Pour le modèle de 2021, le prix est de 104 000€ et pour celui de 2022, on atteint les 118 000€.

En ce qui concerne la consommation de tous ces matériels en GNR, elle équivaut à 4,5/ha pour la bineuse, 3l/ha pour la herse étrille et 3,5 l/ha pour la houe rotative.

Quand désherbage mécanique et bio font bon ménage

Les parcelles sont situées à l’est de Mont de Marsan. Localisées au cœur d’une zone sensible à la pollution des eaux par les nitrates et l’usage des herbicides, un noyau d’agriculteurs s’est converti en agriculture biologique. La cuma a alors investi dans du matériel de désherbage mécanique pour répondre à leur demande. Les sols sont très diversifiés. On retrouve principalement des sols limono-sableux ou sablo-limoneux. Cette diversification influence le délai pour rentrer dans la parcelle après les pluies, le salissement et la pénétrabilité des outils lors du désherbage.

Les types de cultures et écartement

  • entre 60 et 80 cm pour le maïs
  • entre 40 et 80 cm pour le soja
  • entre 60 et 80 cm pour le tournesol
  • 80 cm pour le colza
  • environ 18,75 cm pour les céréales à paille (blé)

Débit de chantier

  • bineuse : 2 à 3 ha/h
  • herse étrille : 2,5 à 9 ha/h
  • houe rotative : 3 ha/h

Éloignement des parcelles

Un rayon de moins de 10 km est nécessaire pour permettre un rendement maximal de vos cultures.

Taille et typologie des parcelles

Majoritairement, les parcelles sont irriguées et doivent faire entre 4 et 20 hectares de surface.

Bio et désherbage mécanique : comment s’organise le chantier?

La cuma dispose d’un salarié en groupement d’employeurs. Il réalise quelques passages de herse étrille à l’aveugle pour épauler les producteurs dans les périodes intenses de travaux printaniers. Plus tardivement dans la saison, il peut également réaliser des opérations de binage avec la bineuse équipée d’une interface de guidage + Hatzenbichler pour les tournesols.

Désherbage mécanique : 2 leaders du groupe d’agriculteurs bio décisionnaires

Les deux leaders du groupe d’agriculteurs bio de la cuma prennent les décisions : Jean Marc Gourdon et Laurent Duclave. Ils assurent la planification et le contrôle régulier des outils. Ils travaillent main dans la main. Pour optimiser les chantiers et faciliter les travaux, ils organisent des réunions physiques ou téléphoniques afin de partager un maximum d’informations pour anticiper et planifier les travaux. En pleine saison, ils échangent quotidiennement avec les agriculteurs par téléphone, SMS et également via un groupe WhatsApp pour organiser les chantiers. Un climat de confiance règne en effet au sein de ce groupe d’agriculteurs. Entraide, partage de connaissances et échanges de pratiques : les producteurs travaillent beaucoup ensemble.

Une organisation avec des avantages et des inconvénients

Le fait de travailler en petits groupes d’adhérents permet de faciliter l’organisation des choses. Le groupe WhatsApp offre un canal de communication direct et efficace ! La période de désherbage mécanique, sur des parcelles bio en l’occurence, est intense au printemps et compliquée à gérer à cause des courtes fenêtres d’interventions.

Renouvellement fréquent du matériel

Comme les matériels sont fortement utilisés, la cuma a une politique de renouvellement fréquente. Un matériel est renouvelé en moyenne tous les 6 ou 7 ans. Elle veille à choisir du matériel d’une largeur de travail équivalente voire plus grande. Elle privilégie également les équipements technologiques et les innovations pour faciliter le confort de travail et la performance (avec des capteurs de guidage caméra par exemple). Les agriculteurs leaders de la cuma entretiennent régulièrement le matériel. Ils en vérifient l’usure et en font changer les pièces si nécessaire.

Désherbage mécanique et bio : les clés de la réussite

Afin de mener efficacement les chantiers, le groupe privilégie une communication optimale. Les cumistes réajustent toutefois leur organisation quotidiennement, en réfléchissant à comment optimiser au mieux leurs activités. Le travail à réaliser est, en effet toujours anticipé pour éviter les problématiques de dernière minute. Enfin, la cuma évalue la performance de ses chantiers pour s’améliorer continuellement.

8 exemples qui démontrent que le désherbage mécanique en cuma, c’est possible !

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :